Illustratrice Féminin Sacré Cercle de Femmes

Cette semaine, j’ai facilité mon premier cercle de femmes. Dans l’énergie de la pleine lune du 14 juin, première super lune de l’année il me semble. Bref, je m’égare. Ce cercle est le fruit d’une rencontre. La rencontre avec une âme magnifique, qui est venue s’installer dans la chambre qui côtoie la mienne. Je vis dans cette colocation depuis maintenant deux ans, et il y a un an, Laurence est arrivée. Après quelques conversations toujours intenses, profondes et nourrissantes, nous en sommes venues à cette idée, évidente, de faciliter des cercles de femmes ensemble.

C’est un rêve pour moi. J’ai ces visions de femmes qui dansent depuis tant d’années. J’ai cet espoir d’incarner les milles couleur de mon Être et de miroiter ce qu’ils sont aux sublimes Êtres qui m’entourent. C’est un appel si ancien et si profondément, au delà de ce corps et au delà de cette vie. Je vois une étoile.

Amener cela à Nancy, cette ville où j’ai fait mes études, où j’ai nourri une grande partie de mon égo et construit les murs de l’illusion en moi, venir ici, semer une graine, ma graine, déployer ce à quoi mon coeur aspire, c’est juste précieux. Voilà tout ce qui m’a porté, et en vous écrivant ici, je réalise toute la magie qui se déploie encore par mille et unes réalisations en moi.

Nous avons préparé ce cercle en amont. À la première réunion, c’était comme mettre nos deux couleurs dans une palette, et trouver une teinte qui nous plaise à toutes les deux. Laurence, chanteuse sensuelle et charismatique au sein du duo Gueule de Louve, a apporté sa couleur, inspirée par les ateliers de Life Art auquel elle a participé toute cette dernière année, et par les ateliers pour femmes qu’elle a facilité auprès de personnes de tout horizon. Et moi, j’ai apporté la mienne, inspirée par mes dernières années de révélations, d’évolution dans mouvement de femmes, de voyages en Inde, d’écoute de mentors, et de retraites. Nous nous sommes merveilleusement bien complétées dès le début. Mais nous avons aussi fait face à des inconforts. J’ai pû observer comment mon ego s’accrochait à certaines visions, et petit à petit, dans la bienveillance, j’ai vu l’attachement se dissoudre. C’était superbe de pleinement écouter le parcours de cette femme en face de moi, et de simplement avoir confiance dans des choses que je ne connaissais que peu.

Après quelques semaines, nous nous sommes retrouvées pour un deuxième rendez-vous où nous avions à coeur de concrétiser ce cercle par un déroulé bien construit. Et là, dans la pleine acceptation de la couleur de l’autre, nous avons composé les étapes du cercle.

Ce que j’ai rencontré comme transmutations, c’est de savoir que des personnes que je connais aller venir. Des personnes qui commencent tout juste à s’éveiller à la spiritualité. Et je crois qu’en moi, il y avait cette peur de ne pas vouloir les effrayer, de ne pas vouloir paraître « perchée ». Ô combien je me trompais … Et les anges et tous ces êtres invisibles (mon ami le dragon) qui nous envoient tant d’amour auraient pû dire « on te l’avait bien dit ! » si ces mots pouvaient être aussi purs que leur tendresse. Je me trompais. C’est avec tant d’amour et de lumière, que ce que je suis a été reçu. Quel Cadeau !
Et j’écoutais, il y a quelques jours, une vidéo de Vénusia Starchild, exprimant qu’on a besoin des autres, pas dans la codépendance mais simplement pour s’apporter ces codes qui nous révèlent à ce qu’on est vraiment.

J’ai commencé à écrire le déroulé, mais il retranscrit si peu ce qui a opéré dans cet espace-temps. Je préfère partager l’impact qu’il a eu sur moi.

À la fin du cercle, lorsque je clôturais le cercle par ma guidance, j’ai ouvert les yeux pour regarder mes soeurs. J’ai ouvert mes yeux, par la porte de mon coeur et depuis mon essence. Et là, nue, je les ai regardé et dans leur regard je les ai vu. Sublime.
Et là j’ai réalisé, à la vue de mes peurs qui se dissipent, à quel point c’est si doux d’Être cela. Et que je ne souhaite plus garder ce que je suis dans l’ombre car c’est bien trop bon d’être cela à vos côtés. Il y aura des obstacles, mais un pas après l’autre, je serais nue, néant, tout.

Ô toi femme qui ne voit pas encore ta beauté et tes couleurs, vogue vers là où ton coeur te mène, ne te questionne pas, tu es en sécurité où que tu ailles. Ô toi femme, perdue dans les jugements intérieurs ou extérieurs, tu es parfaite et rien n’as besoin de changer. Suis ton instinct, rugit, aime, pleure, incarne ce « Je », incarne Toi.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code