Instagram fût pour moi un véritable tremplin lorsque je me suis lancée en tant qu’illustratrice. Je ne me définissait même pas comme telle à ce moment là. L’illustration était juste un hobby. J’avais découvert une technique de création d’image via photoshop qui me permettait de m’épanouir assez facilement dans l’expression de mon univers intérieur. J’ai eu vent des #challenge d’illustration sur instagram et je me suis lancée. C’était #magicmoonweek 2019. Ce fût une merveilleuse expérience qui m’a fait progresser en un temps record et qui m’a fait découvrir de nombreux illustrateurs. Au delà de l’aspect créatif, cet événement m’a permis de rencontrer mon audience et de réaliser que mes illustrations plaisaient. Cela a été une motivation à continuer puis à ouvrir ma petite boutique Etsy.

3 années sont passées et mon compte instagram n’est pas beaucoup plus fourni. J’ai commencé à participer à quelques nouveaux challenge d’illustrations sans me sentir profondément convaincue ou inspirée, abandonnant en cours de route. Est-ce que cela vient-il de la plateforme ? Est-ce que cela vient de moi ?

Avant d’avoir un compte instagram dédié à mes illustrations, j’utilisais très peu Instagram. J’y publiais quelques photos de voyage ou des réflexions « philosophiques ». L’illustration m’a attiré vers Instagram car à première vue c’est une mine d’or d’inspiration et une magnifique vitrine pour développer sa présence en ligne.

Mais malgré cette illusion que cela m’apporte quelque chose (inspiration, audience), et malgré la peur de ne pas rayonner suffisamment en la quittant, il semble que l’impact que ce réseau a sur ma santé mentale et ma créativité est bien réel.

Il semble qu’avec le temps, mon intention première de simplement m’exprimer et partager mon art, s’est transformée en une course aux likes. Ce n’est franchement pas facile de l’admettre, car je ne me considère pas comme « superficielle » mais je crois que je me suis laissée prendre dans l’intelligent piège des réseaux sociaux, comme beaucoup d’autres. Ce piège est subtil et touche une partie inconsciente du système nerveux, une partie imperceptible. L’application est conçue pour cela.
Si je suis complètement honnête, je ne peux nier l’effet négatif de voir une illustration ne pas recevoir l’attention que les autres ont eu. Une analyse des illustrations les plus appréciées se fait, poussée par l’envie de trouver ce qui plait ou non. Ça m’empêche certainement d’être aussi créative et libre que ce que je pouvais être auparavant.

La sincérité que j’avais au début s’est perdue à l’instar de mon entrain à publier. Pourquoi publier si cela ne vient pas du coeur et d’une joie à partager ?

Je me rends compte aujourd’hui, que c’est via Youtube et non instagram que j’ai trouvé le plus d’inspiration. Il y a quelque chose de plus humain et authentique à voir des personnes s’exprimer sincèrement ce qu’elles vivent et ressentent sur un sujet donné… quelque chose de plus sain aussi car il y a plus d’espace pour le discernement et la clarté, moins d’espace pour l’addiction ou l’attirance vers des choses inutiles.

Je quitte instagram avec

  • L’espoir de créer une connexion plus vraie et sincère via des moyens d’expression et de diffusion plus alignés avec ce qui me nourrit vraiment (YouTube, ce blog, des infolettres écrites, un soin dans mes packaging d’illustrations,… )
  • La curiosité de me reconnecter à la source de mes inspirations, à ce qui est présent en moi là, indépendamment de ce que je crois devoir créer pour être appréciée.

Mes peurs VS Mes espoirs

PEUR : J’ai peur de ne pas communiquer assez bien sur mes événements, ateliers, etc, de ne pas recevoir autant de visibilité si je ne suis pas sur Instagram
ESPOIR : Je suis super enthousiaste à l’idée de trouver d’autres moyens de communiquer et diffuser mes ateliers : en créant de jolis tracts que je poserais dans des lieux qui m’inspirent, en bénéficiant du bouche à oreille… en allant vers une communication plus « palpable », et en gagnant une audience dans la lenteur et l’ancrage.

PEUR : J’ai peur de perdre en visibilité et donc en possibilité d’avoir des clients.
ESPOIR : Je crois profondément que de par ma manière de communiquer, j’attirais des client.e.s parfaitement alignés. Et tellement de moyens existent pour être vu autre que Instagram. J’ai réalisé récemment l’impact qu’a Etsy par exemple. Et je crois aussi que les personnes qui me suivront ou qui voudront me lire ou s’informer, le seront sincèrement.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code